La Lune mélange les genres

Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong faisait le premier pas de l’Homme sur la Lune.

À l’occasion des 50 ans de cet événement majeur, la BiLA vous propose un petit focus, nécessairement décalé, sur cet astre qui fascine depuis l’aube de l’humanité.

Bien sûr, la lune a fait les beaux jours de la science-fiction et on ne compte pas les récits de ce genre qui la mettent en scène.

Pour autant, la SF n’a pas de monopole lunaire et, notre exposition Lovecraft arrivant à grands pas, nous avions envie d’aborder ce sujet de manière décalée.

Petit tour d’horizon de la Lune chez Lovecraft ! Âmes sensibles, s’abstenir…

Né en 1890 et mort en 1937, cet auteur américain est principalement connu pour ses contes horrifiques et l’élaboration de ce que l’on appelle aujourd’hui le Mythe de Cthulhu, du nom de cette entité extraterrestre monstrueuse reposant au fond de l’Océan Pacifique (voir notre petit focus sur : https://www.bila.ink/stage-de-jeux-de-roles-lappel-de-cthulhu/).

Même s’il n’a jamais écrit de science-fiction à proprement parler, Lovecraft était fasciné par l’astronomie. Il n’est pas étonnant de retrouver dans son œuvre quelques évocations de l’astre lunaire.

« Ce qu’apporte la lune » (1923)

D’abord dans une très courte nouvelle titrée : « Ce qu’apporte la lune ». Jamais publiée du vivant de l’auteur (ce qui est arrivé bien souvent dans sa carrière), ce petit texte est très belle manière d’entrer dans l’œuvre de l’écrivain de Providence. Si l’on sent dans ce texte l’influence de Poe, tous les thèmes chers à Lovecraft s’y trouvent.

Ainsi l’évocation macabre des reflets de la lune sur un simple ruisseau se transforme en une vision hallucinée d’une mer infinie cachant dans ses profondeurs une cité perdue construite à la gloire d’une idole monstrueuse et gigantesque.

La chaîne Youtube Tindalos, propose une lecture de cette nouvelle accompagnée d’une mise en dessin. Une manière originale et plus qu’agréable de découvrir ce récit :

 

La Quête onirique de Kadath l’inconnue (1927)

 

Lovecraft est également l’auteur d’une série de récits de fantasy : le « Cycle des Contrées du rêve ». Dans le roman La Quête onirique de Kadath l’inconnue, autre texte resté inédit du vivant de l’auteur, il relate les aventures de Randolph Carter dans les Contrées du rêve.

 

 

Durant son voyage aux multiples périples, le héros va être emmené sur la face cachée de la Lune.

 

Le roman étant rédigé en 1927, et donc bien avant les premières photographies de l’hémisphère invisible de la Lune (en 1959 par la sonde soviétique Luna 3), Lovecraft pouvait donner libre cours à son imaginaire si particulier :  Cités cyclopéennes, mers huileuses et forêts sombres parsèment ce territoire. Le plus inquiétant restent les habitants, appelées les bêtes lunaires. Voilà ce qu’en dit Lovecraft :


« Il ne s’agissait pas d’hommes, ni même d’êtres quasi humains. Il s’agissait de grandes créatures protéiformes d’un blanc grisâtre, capables de se dilater ou de se contracter a volonté, et dont l’aspect le plus courant – bien qu’il changeât souvent – était celui d’une espèce de crapaud sans yeux, mais pourvu d’une curieuse masse vibrante de courts tentacules roses au bout d’un vague mufle. »

 

Ces bêtes répugnantes, typiquement lovecraftiennes, ont en plus le bon goût de réduire les hommes en esclavage et de les élever comme du bétail pour leur consommation personnelle.

 

 

 

 

Aucun spoiler ici. On ne vous dira rien de ce qui arrive au pauvre Randolph Carter. Sachez juste que les bêtes lunaires vouent un culte sacrificiel au grand Nyarlathotep, figure majeure du panthéon lovecraftien qui apparaît sous diverses formes dans de nombreuses nouvelles de l’auteur…

 

Nyarlathotep en pharaon monstrueux ou sous les traits de l’Homme noir.

 

 

 

 

Vous trouverez bien évidemment tous les écrits de Lovecraft et bien plus dans nos rayons !

Si cette découverte de la lune chez Lovecraft ne vous a pas fait fuir, vous trouverez ici une sélection de romans et bandes dessinées qui font la part belle à cet astre fascinant. Ces documents, parfois méconnus ou oubliés, sont disponibles à la Bibliothèque des Littératures d’Aventures (BiLA).

Article précédent
Atelier d’écriture fantastique avec Katia Lanero Zamora

Articles liés

Menu