Jean-Marie Graitson (1941-2020)

La Commune de Chaudfontaine et, en particulier, la BiLA, souhaitent rendre hommage au fondateur de la Bibliothèque des Littératures d’Aventure, disparu le 29 novembre dernier.

Infatigable passionné, autodidacte de génie, Jean-Marie Graitson restera dans les mémoires comme un véritable érudit et un homme de projets. Sa soif d’apprendre, sans limite, lui avait permis d’engranger un savoir exceptionnel en matière de littératures et de cinéma.

S’intéressant très tôt aux littératures dites populaires et percevant l’intérêt considérable de ce pan de l’histoire littéraire largement méprisé ou oublié, il fut un pionnier dans leur conservation. Il emboîta ainsi le pas d’une poignée de chercheurs en « paralittératures » éparpillés en Europe et devint le catalyseur de leurs travaux en organisant, à Chaudfontaine, des journées d’études et des colloques qui réunissaient universitaires, chercheurs indépendants et auteurs, ravis de trouver un espace où se rencontrer et échanger sur leurs passion commune.

Bénéficiant d’une véritable aura internationale, ces événements rayonnaient bien au-delà des frontières belges.

Toujours soucieux de la pérennité du savoir, il entreprit également la publication des actes de ces colloques et devint directeur de collection aux éditions du Céfal. Il y publiera les travaux de jeunes chercheurs belges et étrangers, participant ainsi à lancer des carrières en mettant sur le devant de la scène des passionnés jusqu’alors isolés.

Avec cette intuition précoce de la disparition programmée d’une certaine littérature dite de masse et qui pourtant aurait tout à fait sa place dans l’Histoire littéraire, il arpenta durant des décennies anciennes bibliothèques, privées ou publiques, et centres spécialisés. Récupérant les livres déclassés et élagués, collectant sans réserve vieux fascicules, romans anciens et démodés aux couvertures accrocheuses, il constitua ainsi, au fil de ses pérégrinations, un fonds exceptionnel de plusieurs dizaines de milliers d’ouvrages qui ne cessera de s’étoffer au rythme de rencontres et d’amitiés nouées au cours des ans.

Il fut très tôt soutenu dans ses projets par la Commune de Chaudfontaine, qui offrira à ce fonds unique un cadre digne de l’engagement sans faille de Jean-Marie Graitson, en l’installant, en 2002, dans une bibliothèque de 400 m² où chaque livre pouvait enfin trouver la place qu’il méritait.

En 2003, ultime consécration pour ce travail de plusieurs décennies, la Fédération Wallonie-Bruxelles reconnaîtra le lieu comme centre de conservation et de valorisation et pérennisera son existence au moyen d’une convention et de l’octroi de subsides.

Mais cet amour des livres, il était dans sa nature de le vivre et surtout de le partager. Jamais il n’était aussi heureux que lorsqu’il pouvait renseigner, aider, sortir un livre des tréfonds d’une étagère et apporter ainsi sa pierre à l’édifice du savoir des nombreux étudiants qui venaient, parfois de très loin, « se perdre » dans les rayons du Centre des Paralittératures. Les personnes qui l’on fréquenté se souviennent de lui comme d’un éternel enthousiaste, bienveillant et dévoué ayant mis toute son énergie au service de ses passions.

C’est avec gratitude et respect que nous saluons l’immense travail accompli par Jean-Marie Graitson. Un homme passionné et généreux qui nous laisse un outil et des collections remarquables accessibles à tous.

Article précédent
Découvrir Séma Éditions
Article suivant
Lire la peur entre les lignes

Articles liés

Menu