Les midis de l’imaginaire

Les midis de l’imaginaire : un rendez-vous avec les littératures d’aventures

Les midis de l’imaginaire envisage les littératures populaires sous différents angles d’étude (motifs, figures, structures, récits, styles, discours, etc.). De manière conviviale et accessible, les perspectives historiques et théoriques se croisent lors de ces rendez-vous mensuels, ouverts au grand public.

Ces rencontres ouvertes à tous, qui peuvent prendre des formes variées (rencontres, conférences, projections, etc.), ont pour but d’initier les lecteurs à de nouveaux horizons (policier, S-F, fantastique, sentimental, aventures…), d’approfondir leurs connaissances et, surtout, de décupler leur envie et leur plaisir de lecture.

Les midis de l’imaginaire se tiennent à raison d’un jeudi par mois au Théâtre de Liège (Place du XX août, 4000 Liège), de 12h10 à 13h00.

L’entrée est libre.

Prochains rendez-vous :

Jeudi 27 février 2020

Retour vers le futur

par Jonathan Thonon

(Théâtre de Liège)

Dans le cadre du Festival Offscreen Liège

Jeudi 19 mars 2020

Blood Beach

par Christophe Mavroudis

(producteur, cinéaste)

Dans le cadre du Festival Offscreen Liège

Jeudi  23 avril 2020

Le Moyen-âge en bande dessinée

par Corinne Denoyelle

(Université de Grenoble)

Dans le cadre du Festival International BD de la Province de Liège

Précédentes conférences :

Les enregistrements sonores sont hébergés sur la plateforme Archive.org. Vous pouvez les écouter gratuitement en cliquant sur les liens ci-dessous.

  • Madame Bovary par Denis Saint-Amand
  • Nikola Tesla par Valérie Stiénon
  • Pepe, Rogas, Santamaria par Luciano Curreri
  • Le Petit Prince par Olivier Odaert
  • Popeye par Erwin Dejasse
  • Prince Éric par Laurent Déom
  • Les savants fous par Valérie Stiénon
  • Sherlock Holmes par Natacha Levet
  • Sophie (des “Malheurs de Sophie”) par Maud Hagelstein (FNRS/ULiège)
  • Spider-Man par Dick Tomasovic
  • Voldemort par Nathalie Dufayet
  • Walter White par Sarah Sepulchre
  • Watson par Pascal Durand
  • Zorro par Philippe Marion
Menu